Historique

Fondation et l’évolution de la Communauté

Fondation et l’évolution de la Communauté

À l’origine de cette communauté, se trouve la volonté du Père Curé, Siméon Ékissi, de donner la possibilité aux fidèles catholiques résidant en dehors de la caserne de Gendarmerie d’Agban de vivre la messe dominicale. En effet, l’accès à la caserne qui abrite l’église paroissiale était refusé à toutes personnes extérieures pour des raisons évidentes de sécurité en pleine crise armée. Ainsi la première messe a été dite le dimanche 5 décembre 2010 sur un site provisoire situé à la sortie nord de la caserne, encore appelée poste nord ou petit portail, derrière l’hôpital des impôts (HMI). Devant la grande affluence enregistrée lors de cette première messe, le Curé a alors pris la décision d’instituer une messe dominicale régulière sur ce site. En effet, la proximité et l’accès facile de ce site provisoire a permis à un grand nombre de fidèles se rendant habituellement dans les paroisses voisines pour la messe, comme Saint Kizito, Sainte Cécile du Vallon, Saint Jacques des II Plateaux et Sainte Geneviève d’Agban Gendarmerie, de s’organiser très rapidement en une communauté vivante, bénéficiant des riches et diverses expériences des fidèles ainsi rassemblés. Le fait qu’ils se connaissaient pour la plus part a facilité également la naissance et la consolidation des fondations de cette communauté qui ne cesse chaque jour de grandir. La preuve, en plus de la messe dominicale, le Père Curé Siméon Ékissi avait alors ajouté une messe anticipée le samedi afin non seulement de donner la possibilité à tous les fidèles empêchés les dimanches de faire la messe, mais aussi de résorber un problème de logistique lié à l’organisation matérielle des messes de dimanches. L’importance des fidèles aux messes de dimanches étaient telle que les chaises ne suffisaient presque jamais pour faire asseoir tout le monde. Il fallait donc chaque fois faire des locations supplémentaires de chaises et de bâches, en plus de celles dont disposait la communauté.

Avec l’arrivée du Père Curé Marc Saint-Clair Oblé, en plus de la messe anticipée du samedi et de la messe de 7h00 du dimanche, une seconde messe a été instituée le dimanche à 8h30. Il s’agissait toujours de tenir compte du nombre croissant de fidèles participant aux messes sur le site provisoire. Cette organisation a été conservée par le nouveau Curé, le Père Akpossan Jean Stanislas. Aujourd’hui, on peut estimer à environ 150 le nombre de fidèles participant aux messes de semaine, à environ 150 ceux de la messe anticipées du samedi, à environ 1000 ceux de la messe de dimanche à 7h00 et à environ 500 ceux de la messe de 8h30 du dimanche. Toutefois, aux célébrations du Mercredi des cendres, du grand chemin de croix du Vendredi saint et des grandes solennités telles que Noël, Pâques, ces estimations sont presque doublées. Au total, on peut raisonnablement estimer le nombre total de fidèles de la Quasi-paroisse Divine Miséricorde à environ deux mille (2000). Ces fidèles, par leur engagement, leur ingéniosité et leur dynamisme, donne à la quasi-paroisse Divine Miséricorde l’allure d’une grande paroisse.